S'inscrire à notre Newsletter

Le Grand Versailles Numérique

Service expérimental de visite culturelle numérique accessible par PDA et iPod
Initiative décrite dans le cadre du projet Europe; Rédigé par Philippe Mathonnet publié le 27 décembre 2006 , mise à jour le 29 janvier 2007

Description du projet : Le Grand Versailles Numérique (GVN) est une initiative qui vise à imaginer, tester puis déployer de nouveaux outils multimédia afin d’enrichir la visite du musée et du domaine de Versailles.
Type d’initiative : expérimentation de dispositifs innovants de visites guidées
Territoire de projet : Domaine de Versailles
Porteur(s) du projet : l’Etablissement Public du musée et du domaine de Versailles (EPV)
Date de lancement : septembre 2005
Avancement (à la date de recueil) : expérimentation
Date de recueil de l’information : novembre 2006
Cible : grand public et particuliers

Thèmes, domaines d’action : Culture patrimoine
Mots-clés "outils" : podcast , site web , WiFi
Départements : Yvelines (78)
Régions : Ile-de-France

1- Contexte et objectifs du projet

1.1 Contexte et origine du projet

Les travaux du Château de Versailles, projet "Grand Versailles", doivent durer jusqu’en 2015. Le développement d’outils multimédia pour accompagner les visiteurs du château de Versailles est une façon de mieux faire accepter les désagréments liés aux travaux et de mieux justifier auprès du contribuable français, les montants financiers investis par l’Etat et l’EPV. Au cours de la phase d’expérimentation comprise entre 2006 et 2009, le GVN devient un laboratoire qui allie culture et technologie et un lieu d’expérimentations duplicables dans d’autres lieux de culturels en France et dans le monde.

1.2 Objectifs et enjeux

L’objectif du GVN est :

  • d’imaginer, tester et déployer de nouveaux outils numériques destinés à enrichir la visite du musée et du domaine de Versailles ;
  • de permettre au visiteur virtuel (via Internet ou tout au réseau) de comprendre et de suivre les travaux du Grand Versailles et même de les anticiper grâce à des simulations.

2- Description et organisation du projet

2.1 Les acteurs du projet

Dans le cas précis de l’expérimentation de la visite virtuelle du Domaine de Marie-Antoinette, les acteurs du projet appartiennent aux secteurs public et privé.

Les acteurs du secteur public sont principalement :

  • le Ministère de la Culture et de la Communication
  • l’Etablissement Public du musée et du domaine de Versailles
  • la DIACT
  • la Préfecture d’Ile-de-France

Les partenaires techniques ont participé au financement, et à l’élaboration du dispositif technique à savoir :

  • Transnuméric (intégrateur)
  • Cisco (équipement WiFI),
  • VeasyMedia (interface et contenus PDA)
  • Microsoft (logiciel PDA)
  • HP (terminaux PDA)
  • Apple (iPod et promotion du site podcast)
  • Producteurs TV, musicaux et audioguides (contenus)
  • SINAPSES conseils, conception et coordination générale du projet

2.2 Les services proposés

Parmi les trois premières expérimentations déployées entre juillet 2006 et mars 2007, dans le cadre du projet GVN, l’ouverture du Domaine de Marie-Antoinette a été la première. Lancée en juillet 2006, la visite du Domaine de Marie-Antoinette s’appuie sur un dispositif de services innovants :

  • une visite numérique du Domaine avec la mise à disposition de mini-ordinateurs (PDA) Ipaq connectés à un réseau WiFi et de lecteurs audio-vidéo iPods ;
  • un site vitrine de présentation du projet GVN avec des visites 3D
  • un site de téléchargement de séquences audio-vidéos au format RMA et MP3. Les deux lecteurs (PDA et iPod)proposés pour la visite numérique du Domaine, contiennent des contenus iconographiques ainsi que de courtes séquences audio et vidéo (en français) sur le domaine (5 étapes) et l’histoire de Marie-Antoinette avec :
  • des commentaires sonores produits spécifiques
  • des extraits d’audio-guides
  • extraits de documentaires et de fictions ou de film cinéma
  • extraits d’oeuvres musicales Les services permettent :
  • d’enrichir la visite réelle ou virtuelle du château et du domaine
  • de faciliter la visite de lieux non accessibles, fragiles ou dangereux
  • d’assurer une meilleure gestion des flux
  • d’améliorer l’accueil de publics spécifiques (éducation, handicap)
  • d’accroître le nombre de visites à distance en groupe ou individuellement
  • d’augmenter la vente de services payants.

2.3 Les publics bénéficiaires

Les bénéficiaires des services est le grand public composé de visiteurs réels (et virtuels) qui souhaitent parcourir le Domaine de Marie-Antoinette. Le service s’adresse à tous les publics, individus/groupes, adultes/enfants, scolaires, étudiants, chercheurs, handicapés.

2.4 La dimension financière

La première phase d’expérimentation a fait l’objet d’un cofinancement de la Diact (ex-DATAR) et de l’Etablissement Public avec le soutien matériel et logistique d’entreprises. Le coût du projet GVN pour la période 2005-2008 est de 300 000 euros. A lui seul, le budget du projet du Domaine de Marie-Antoinette est de 200 000 euros. Les financeurs privés (y compris l’apport de l’industrie) ont participé à hauteur de 100 000 euros. Par la suite, le projet GVN sollicitera plus largement le soutien d’entreprises privées françaises ou étrangères, de l’Etat, des collectivités territoriales et de la Commission Européenne, qui sont réunies au sein d’un club de partenaires. Les membres de ce club apporteront leur soutien scientifique, technologique et financier pour la mise en place effective des outils, des réseaux, des contenus et des services du GVN.

3- La mise en oeuvre du projet

3.1 Les étapes de mise en oeuvre

Le projet GVN comporte trois étapes :

  • Phase de réflexion (octobre 2005/juin 2006) qui a mobilisé 7 groupes/ateliers de travail soit 120 experts
  • Phase d’expérimentations (juin 2006/juin 2007) avec la mise en place de 3 dispositifs tests dont la visite virtuelle du Domaine de Marie-Antoinette
  • Phase de déploiement (septembre 2007/juin 2009). La phase d’expérimentation permet de tester les technologies et services avant de les déployer, de valider les modèles économiques et les questions juridiques et d’approcher et mobiliser les industriels et institutionnels pour des partenariats ou parrainage du projet.

3.2 Les méthodes

Le porteur du projet, l’EPV, a mis en place une organisation pour le projet avec :

  • un Comité de Pilotage composé de représentants de l’Etablissement Publics et du Ministère de la Culture et de la Communication et plus précisément de la Présidence, l’administration générale, les directions et de l’assistance à maîtrise d’ouvrage ;
  • la maîtrise d’ouvrage est représentée par l’établissement public et l’administration générale
  • la conception et la coordination générale sont assurées par le cabinet SinapsesConseils
  • le développement expérimental est pris en charge des différentes directions. Par ailleurs, le projet regroupe un ensemble de partenaires privés à savoir :
  • des partenaires industriels et développeurs de solutions techniques : Apple, Cisco, France Telecom/Orange, Firetide, Google, HP, Microsoft, Transnuméric,…
  • d’autres lieux culturels : Abbaye de Fontevraud, Château de Fontainebleau, Museum of Cleveland, Tate (Londres). Les partenaires industriels et développeurs de solutions techniques impliqués dans la phase expérimentale pourront s’associer dans la phase de déploiement sous des formes variées : PPP, mécénat, coproductions,… A noter que la visite numérique du Domaine de Marie-Antoinette a été le seul projet culturel soutenu par la DIACT (exDatar) en 2006/2007.

3.3 Les moyens techniques

L’expérimentation de la visite numérique du Domaine de Marie-Antoinette, a nécessité le déploiement d’un réseau WiFi (maillé, technologie mesh Firetide) dans une partie du domaine et a imaginé et testé les outils audioguides numériques composés de PDAs connectés au réseau WiFi et de iPods ayant des fichiers téléchargés audios et vidéos dans leur mémoire. Dans le cadre de cette expérimentation de services innovants, plus de 40 terminaux ont été prêtés gratuitement aux visiteurs du Domaine de Marie-Antoinette pendant la période comprise entre le mois de juillet et d’octobre 2006. Les PDA iPAQ proposent une interface conviviale et un contenu embarqué composé d’une carte interactive, de séquences audios et vidéos, de photos et d’informations texte. Ces terminaux mobiles sont connectés à un réseau WiFi spécialement déployé avec la technologie de maillage (mesh). Ce réseau WiFi permet la géolocalisation de l’utilisateur avec la possibilité d’envoyer en mode "push" des contenus relatifs à la zone (contextualisation) dans laquelle celui-ci se trouve.

3.4 Les moyens humains

Le projet du GVN implique une cinquantaine de personnes au sein de l’établissement public avec les partenaires ou prestataires techniques et éditoriaux. Le projet mobilisé tous les profils de compétences à savoir :

  • Techniques : informaticien, infographistes, ingénieurs réseaux
  • Editoriaux : auteurs, producteurs, graphistes 3D, webdesigners
  • Administratif : juristes, services du public, services communication, …

3.5 La communication sur le projet

Le projet GVN et notamment le Domaine Marie-Antoinette ont bénéficié largement d’articles dans la presse régionale (Sud Ouest). Plus de 60 articles sont parus dans la presse nationale (20 minutes) et spécialisée (L’Express, O1 Net, ..) mais aussi des médias avec la radio (France Info) et surtout de sites Internet (culture.fr, eTourisme info, ..) et de blogs (pointblog.com, Mebmob).

4- Bilan et perspectives

4.1 Les éléments de bilan

Au cours de la période de juillet à octobre 2006, plus de 5 000 utilisateurs ont testé les audioguides pendant la phase d’expérimentation. Les premiers résultats sont très encourageants.

  • 76% et 72% des visiteurs testant respectivement un PDA ou un iPod ont apprécié la facilité d’utilisation des terminaux
  • 89% et 91% sont respectivement satisfaits de la visite
  • l’expérimentation a montré un fort intérêt pour la géo-localisation WiFi, les éléments vidéo et interactifs diffusés par le PDA, la musique stéréo sur l’iPod.

4.2 Appréciation du porteur de projet

La réussite du projet repose sur un certain nombre d’éléments notamment :

  • l’originalité et la modernité du projet
  • la transversalité du travail entre les services de l’établissement
  • l’appui sur les compétences et l’expérience des partenaires et prestataires. Au cours de l’avancement du projet du Domaine de Marie-Antoinette, certains difficultés sont apparues liées à l’utilisation de technologie non aboutie, à l’absence de recul et d’expériences et à la multiplicité des intervenants. De plus, le projet a bénéficié d’un délai très court pour son pré-lancement (moins de 3 trois mois). Les premiers retours d’expériences sont très positifs avec le constat d’une forte duplicabilité du projet. Un début d’extension du projet est en cours à Fontevraud (49–Maine et Loire) et Fontainebleau (77– Seine et Marne). De nombreux lieux culturels sont intéressés par un partenariat suite au séminaire national intitulé "Lieux Culturels et nouvelles pratiques numériques : Etat de l’art, perspectives de développement et de coopération" organisé avec le Ministère de la culture, le 8 novembre 2006, à Versailles

5- Critères d´évaluation

5.1 Innovation

Le GVN est un projet particulièrement innovant. Dans le cadre des visites numériques du domaine de Versailles et plus particulièrement du Domaine de Marie-Antoinette, le projet s’appuie sur des technologies numériques et des terminaux mobiles modernes (postcasting, terminaux interactifs,..). Les contenus multimédias développés utilisent la technologie 3D et la réalité virtuelle pour présenter le patrimoine historique et culturelle du château de Versailles. Le projet GVN a reçu le prix de l’innovation au Festival International du Multimedia Mobius, à Montréal en octobre 2006.

5.2 Impact

Le projet a un impact fort :

  • sur l’image du Château et de Versailles qui redevient un lieu d’expérimentation comme il l’était du temps de Louis XIV et Louis XVI.
  • sur les équipes qui se sont mobilisées
  • sur les coopérations inter-lieux culturels en matière numérique, en France

5.3 Reproductibilité

Le projet a vocation à favoriser la mutualisation des bonnes pratiques et à dupliquer les innovations auprès des partenaires. Le projet GVN numérique associe un ensemble de partenaires et notamment des musées et institutions culturelles françaises (Grotte de Lascaux, Abbaye de Fontevraud, Cité des Sciences et de l’Industrie, ….) mais également étrangères (Cleveland Museum, Tate Gallery, …). A cet égard, l’Etablissement public de Versailles associe également à ses réflexions et aux développements numériques, des collectivités locales comme la Ville de Versailles e le département des Yvelines.

  •  
  • Insérer dans votre blog
  • Imprimer l'article
  • rss
  • Créer un document PDF
  • Ajouter au panier
  • Tout déplier
  • geolocaliser
  • Envoyer un message à un ami:
    code
Nos partenaires
Haut de page

OTeN :

Observatoire des territoires numériques
1 bis rue de l’Europe
31130 Balma (Toulouse)
09 53 56 79 39

Abonnement à notre lettre électronique :